Geoffrion & Cie


Nom de l’entrepriseGeoffrion & Cie
Nom d’origineGeoffrion & Co.
Type d’entrepriseSociété en nom collectif
Siège socialMontréal
SuccursalesMontréal (Canada Cement Building), Québec, Ottawa, Paris.
Fondation1920 par Louis-Élie Geoffrion et son fils Henri Geoffrion .
Historique1923 : Décès de Louis-É. Geoffrion
1922-1926 : Association avec J. Fichet, H. Pérodeau, L.E. Potvin et L. Robert.
1930 : Construction d'un siège social, l’immeuble Geoffrion et Pérodeau (221-229 Notre-Dame ouest )
1932 : Fusion avec Bruneau & Rainville
1939 : nom modifié pour Geoffrion & Robert
1945 : nouvelle incorporation sous le nom de Geoffrion, Robert & Gélinas. Louis-P Gélinas, président
Principaux dirigeantsLouis-É. Geoffrion et Henri Geoffrion jusqu’en 1923
Années 1920 et 1930, Henri Geoffrion, Jacques Fichet, Horace Pérodeau, L.E. Potvin, Louis Robert.
Champs d’activitésValeurs de placements ainsi que du commerce ordinaire de la Bourse.

Notice

En 1920, à la fin d’une fructueuse carrière en affaires, Louis-Élie Geoffrion s’associe à son fils Henri pour fonder la maison de courtage qui porte son nom.À 16 ans, Henri Geoffrion débute comme commis d’épicerie et entre par la suite au service du grossiste L. Chaput et Cie, où il devient gestionnaire puis associé. Henri acquiert son expérience initiale dans la firme de courtage de J.W. McConnell de Montréal et complète sa formation chez Aldred & Co., une firme de New York qui est étroitement liée à la Shawinigan Water and Power. En plus, Henri effectue des stages à New York et Paris. Peu avant de lancer la maison de courtage avec son père, Henri épouse, en octobre 1919, Juliette Bienvenu, fille de Tancrède Bienvenu, directeur général de la Banque Provinciale du Canada.

Geoffrion & Co. se définit dans le rôle traditionnel d’un courtier. La maison s’occupe de valeurs de placements ainsi que du commerce ordinaire de la Bourse. À la mort de son père en 1923, Henri s’associe,entre autres, avec Horace Pérodeau, fils du Lieutenant-Gouverneur, Narcisse Pérodeau. Il se joint également à lui pour la construction du siège social de la firme en 1930. Durant la même période, la firme absorbe la maison Bruneau & Rainville, firme spécialisée dans les titres miniers. Cette dernière succède à l’une des plus vieilles firmes francophones – Bruneau et Dupuis (1894), réputée pour avoir été « l’agent de la Compagnie de St-Sulpice ». Geoffrion & Co. porte brièvement le nom de Geoffrion & Rainville. À la fin des années 1930, et durant la Seconde Guerre mondiale, les responsabilités de l’un des associés, Louis Robert, s’accroissent suffisamment pour que son nom soit ajouté à la raison sociale de l’entreprise qui s’appelle désormais Geoffrion & Robert.

À la fin de la Guerre, l’arrivée du vétéran de l’aviation Louis-Philippe Gélinas modifie complètement l’équilibre interne de la firme. Avant la Guerre, celui-ci avait été l’associé de J.-Ernest Savard chez Savard, Gélinas & Place. En septembre 1945, la firme connaît une nouvelle incorporation et portera le nom de Geoffrion, Robert & Gélinas. Louis-P. Gélinas en est le président, Henri Geoffrion en est le vice-président, Louis Robert et J.-Eugène Tessier figurent parmi les administrateurs.

Sources

Assemblée Nationale du Québec. «Narcisse Pérodeau»,

http://www.assnat.qc.ca/fr/patrimoine/anciens-parlementaires/perodeau-narcisse-325.html, consulté le 20 sept. 2014

Yves Bégin, « GEOFFRION, LOUIS-ÉLIE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 juin 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/geoffrion_louis_elie_15F.html.

Biographies Canadiennes-Françaises (1926) « Henri Geoffrion », p. 244.

Biographies Canadiennes-françaises (1926). «Narcisse Pérodeau», p. 20

Biographies Canadiennes-françaises (1920). « Arthur Bruneau », p. 242.

Brochu, Paul. (2003). « Entretien avec Omer Veillet ». Montréal : IRÉC.

Deslandres, D.; Dickinson, J. A. & Hubert, O. (2007). Les Sulpiciens de Montréal. Une histoire de pouvoir et de discrétion, 1657-2007. Montréal :Fides, pp.195 -199

Financial Post (1929). Survey of Corporate Securities, p. 72 Une annonce corporative de Geoffrion & Co. indique les associés et les succursales.

Fondation de la famille Mc Connell. « J. W. McConnell ».

http://www.mcconnellfoundation.ca/fr/about/j-w-mcconnell-biography, consulté le 20 sept. 2014

IRÉC (2014). Fiche Bruneau & Dupuis

L’Évènement, Québec, 6 septembre 1945. Annonce corporative indiquant les noms des associés et leurs responsabilités.

Ministère de la Culture et des Communications. Répertoire du patrimoine culturel du Québec, Édifice Aldred. http://www.patrimoineculturel.gouv.qc.ca consulté le 20 sept. 2014.

Montreal Stock Exchange et Montreal Curb Market (1932). « Bruneau & Rainville ». In Transfer Book.

Montreal Stock Exchange et Montreal Curb Market (1939,1941,1943). « Geoffrio & Robert ». In Transfer Book.

Ville de Montréal. Vieux Montréal. Fiche d’une société « Banque Provinciale du Canada en 1915 » http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_gro.php?id=122, consulté le 20 septembre 2014

Ville de Montréal. Vieux Montréal. « Édifice Aldred histoire de l’immeuble et de ses constructeurs. » http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_bat.php?sec=r&num=17, consulté le 20 sept. 2014

Ville de Montréal. Vieux Montréal. « Édifice Geoffrion et Pérodeau ».

http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_bat.php?num=46&sec=n, consulté le 20 septembre

Who’s Who in Canada (1928-29). « Louis P. Gélinas », p.1746

Who’s Who in Canada, (1934-35) « Gustave Henri Rainville », p.105

Who’s Who in Canada (1956-57). « Louis P. Gélinas », p.1531